***Conscience animale et Santé Nouvelle***

Les animaux sont comme nous, ils pensent, ils ont des émotions, ils souffrent.
Là où ils sont différents des humains : ils offrent leur cœur sans condition, leur amour est éternel même au-delà de leur départ de la vie terrestre.

 Ma promesse : je dois ma vie au sens large a un chien . Je suis  devenue aussi communicatrice animalière et j’ai eu sa demande au travers cette activité de réhabiliter le règne animal.

Maintenant avec l’ouverture des consciences et les informations de plus en plus nombreuses sur les conditions d’abattage des animaux et la répercussion sur la santé, il y a autre chose qu’il m’a été dit de faire. Il faut être logique. On ne peut pas défendre la place du règne animal et consommer leur chair d’une part et défendre la santé et surtout que cette chair est toxique.

Aujourd’hui je vais juste faciliter l’ouverture de votre conscience à la celle bien réelle de l’animal ,de façon élargie, pas uniquement les animaux de compagnie et ceci aussi en relation à votre santé.

Peut être et j’espère éveiller vos consciences, vos cœurs. Dans notre pays on ne mange pas les chats et les chiens mais ce n’est pas le cas ailleurs. Dans d’autres pays, la vache est sacrée.

Vous ne regarderez pas votre animal pareil ensuite. Les personnes qui m’ont demandé de traiter leur animal, ont pu s’ouvrir à cette conscience même si certains l’avaient déjà plus ou moins. Il m’a été dit : « cela a changé ma vie ». Eux aussi changent votre vie n’est ce pas ? quand ils sont là et quand ils ne sont pas là….

Pourquoi cette inégalité ? pourquoi toute vie animale ne serait pas sacrée ? a t-on le droit d’enlever la vie ? à personne… Pour certains ces animaux sont sur Terre « pour cela ». Peut être qu’ils ont choisi dans cette incarnation d’être consommé, mais avec amour, pas dans la maltraitance. c’est bien une question de croyance qu’ils ne soient pas grand-chose et de façon de faire… sans respect de ce qu’ils sont…. Donc à chacun en son âme et conscience….

Vous allez me dire il faut bien se nourrir. : Du point de vue de la vie pratique : des peuples autrefois chassaient avec des rituels de grand respect pour l’animal et c’était en accord avec l’esprit de l’animal que ceci se faisait. La viande était respectée, l’abattage se faisait avec amour et respect dans un but sain. C’était l’ordre naturel. L’évolution de ces peuples se situait ailleurs que la nôtre, c’était dans la spiritualité et je ne parle pas bien sûr de religion. Il y avait le respect de l’autre, l’amour, des règles à respecter qui respectaient tout le monde. Tout était considéré. Les temps ont bien changé et si notre société a évolué, à ce niveau, elle a peut être bien régressé

A notre époque où sont ces règles de respect ? les conditions d’abattage sont atroces. On a connu les conditions d’abattage chez l’humain et on espère ne plus les connaitre. Pourquoi l’animal connaitrait encore cela dans ces conditions ? Et si les rôles s’inversaient ? je peux vous supposer outré.. mais ce qui est inacceptable pour un humain pourquoi le serait il pour un animal ?

L’animal sait exactement ce qu’il va lui arriver même avant d’être emmené à l’abattoir. C’est aussi pour cela que certains s’enfuient même la veille ou ne peuvent être chargé que difficilement dans la bétaillère.
Je suis sûre que vous le savez. Les toxines du stress, de terreur, de souffrance morale se déversent dans son sang et empoisonnent ses tissus. Prenez en bien conscience, vous mangerez donc ces toxines et vous deviendrez malades au fur et à mesure, cela semble logique quand on mange un poison régulièrement on ne reste pas en santé. Que voulez-vous pour votre santé ?

Si demain dans notre pays il est décidé qu’on mange les chats et les chiens, seriez-vous d’accord ? seriez vous d’accord pour qu’ils subissent le même traitement à l’abattoir ? je suis sûre que c’est impossible à penser/panser aussi. Alors pourquoi l’un et pas l’autre. Ceci s’appelle de la discrimination non ?

La solidarité existe chez les animaux mais chez l’humain c’est plus compliqué… il faut souvent des grandes catastrophes, des grandes souffrances pour qu’elle se manifeste. Alors le règne animal est-il si « bête » que cela ou il y a eu une inversion quelque part ?

L’animal qui va être tué extériorise aussi des toxines de terreur qui se diffusent et contaminent l’entourage. Travaillant en énergétique et constatant l’influence de l’environnement, je ne peux que penser que ce que vit l’animal se retrouve sur ceux qui sont dans cet abattoir et les imprègne dans leurs cellules. Leur enveloppe aurique autour de leur corps est également touchée et tout cela se propage à tous ceux de l’entourage baissant leur vibration. De ce fait leur système immunitaire s’affaiblira et donnera plus de portes ouvertes à la maladie. Ils émanent le stress, la mort, la souffrance, la douleur, etc… rien d’épanouissant. Voilà ce qui rayonne.Avoir conscience que ce n’est pas parce que l’on ne voit pas cela pour l’instant que ça n’existe pas.

 

Humains, ouvrons les yeux et les oreilles. Humains ? où est la valeur de la signification du mot humain ?

Un animal ne peut se défendre, c’est comme un enfant. Notre devoir citoyen est de le défendre en agissant à notre niveau. En principe. Mais même pour un enfant c’est parfois faire l’aveugle et le sourd sous de bons faux prétextes. Alors l’animal…il y a encore du chemin dans l’évolution.

Etes- vous d’accord avec cela en profondeur de vous ? parce que consciemment vous participez à cette cruauté. Qui ne dit mot consent et la personne qui assiste sans rien faire à de la cruauté, de la maltraitance y donne son accord. Alors pourquoi ne dit-elle rien ? pourquoi ne fait elle rien ? si on maltraite votre enfant et votre animal ne ferez- vous « rien « ? vous êtes déjà concerné….ne vous culpabilisez pas, prenez conscience… acceptez de vous éveiller à cette réalité !

Faites-le pour lui, même si ce n’est pas un chat ou un chien, un cobaye ou un oiseau.
Si vous ne le faites pas pour eux, faites le pour vous. Pensez à votre santé. Nos organismes deviennent de plus en plus réactifs, sensibles à tout ce qui le concerne.

N’attendez pas d’avoir des avis ou autorisations politiques avec des statistiques faussées pour faire ce que vous vous sentez bon pour vous et pourquoi pas, juste. Ne vous laissez pas influencer par personne, ni famille ni conjoint, même pas par moi, faites juste l’introspection en vous et voyez ce que vous voulez POUR VOUS. Ensuite voyez si vous le faites que pour vous.

Vous pouvez sentir qu’en agissant ainsi pour vous vous vous aimez suffisamment pour vous respecter, dans vos ressentis mais aussi votre santé. Il n’y a que vous pour prendre soin de vous vraiment. Ainsi vous aller pouvoir respecter une autre vie, l’animal. Vous allez participer à cette rééducation en vous, qui passe déjà par cette conscience approfondie et ce réalignement à ce que vous voulez au fond de vous, donc à votre âme.
Vous allez donner un autre modèle pour votre entourage, vos enfants, petits enfants, les représentants de notre futur. Que voulez-vous pour eux ? le meilleur ? alors voyez où il est.

Comment agir :
A notre époque ,nous ne sommes plus obligés de manger comme autrefois, cela fait partie des croyances. Les conditions sont différentes à tous niveaux.
Nous sommes aussi à une époque où il est judicieux de se responsabiliser au niveau de sa santé sans attendre tout de l’extérieur et en sentant avec son intuition et aussi sa logique.

D’autres pays d’Europe ont déjà amorcé un grand Mouvement, comme en Espagne par rapport aux corridas.
Etre actif c’est être cohérent. Etre actif c’est agir à son niveau. Vous avez la pensée à ce sujet, les émotions mais après ? Que faites-vous quoi pour aller au bout de ce que vous en pensez ? mettez vous en accord avec vous-même et assumer les conséquences, dans un sens ou dans l’autre. Cependant gardez bien en tête qu’on ne peut pas être bien, qu’il ne peut pas y avoir de bénéfice pour le corps d’ingérer tant de souffrances. Pourquoi s’en rajouter ?n’avez vous pas assez des vôtres ?

De plus en plus d’enfants ont une autre conscience que leurs parents et refusent de manger tout ce qui est animal, entrainant aussi leurs parents à avoir un autre comportement.

J’ai eu vu une belle vidéo  d’ enfant  très jeune, dans sa chaise haute, avec une grande conscience et de bon sens qui argumentait auprès de sa mère sur le fait de ne pas manger des animaux. Devant sa logique, sa mère en pleurait et acquiessait.

Votre enfant n’a pas d’avis ou ne peut pas le donner : faites selon votre cœur, si vous avez vraiment senti dans votre cœur que cela vibrait en résonance avec quelque chose de juste en vous alors vous allez être naturellement guidé pour faire autrement car vous serez aligné avec votre âme.

L’âme, cette partie qui vous guide et qui sait ce qui est bien pour vous. Votre corps suivra et votre esprit aussi si vous continuez à suivre votre âme. C’est d’ailleurs pour tout choix pareil. Votre enfant suivra même en grandissant car il sera en accord avec cette valeur. L’éducation dans l’alimentation est encore faible dans notre pays.

Lecture : plaidoyer pour les animaux de Mathieu Ricard : adjoindre la spiritualité et la condition animale.
Vidéo : lauramarietv.com

 

Dans le monde animal aussi tout se sait. Dans tous les règnes mais chez l’humain ce qui circule sur les gens est plus souvent le négatif. Cherchez l’erreur !  Alors vous aimez vous suffisamment pour vous choisir et choisir autre chose pour  votre santé et sortir du manque de considération, d’amour du règne animal?

Maintenant regardez les autrement avec des yeux sur le cœur. Connectez vous à eux par le cœur et sentez, ils sont Dieu sur Terre,. Il n’est pas question  de la religion, seulement de savoir qui ils sont… cette partie divine, ils oeuvrent de là et uniquement de leur âme, celle qui ne se voit pas mais qui se sent, cette  partie divine qui est auprès de nous et qui nous aide au quotidien,  par cet amour inconditionnel est là pour nous chaque matin, chaque nuit et toujours même au delà de leur mort. Oeuvrez pour cet amour.

 

On n’a pas un coeur pour les humains et un pour les animaux,

on en a un ou on n’en a pas (Lamartine)

 

Image du Blog mamiemiche.centerblog.net

*** Message du  Deva des loups et d’autres animaux***

Bonjour à tous. J’ai par maintes fois pris la parole par le biais de notre intermédiaire, et je vais reprendre aujourd’hui, parce qu’il devient urgent que vous preniez conscience d’une chose : votre réalité est en passe de se transformer, ce qui doit être changé va devoir l’être dès à présent ! Dans le cas contraire, vous y serez contraint et cela se passera avec bien moins de douceur…

Je veux parler de votre façon de vivre et d’aborder la vie, ce qui vous entoure avec désinvolture. Je sais pertinemment que vous ne pouvez changer radicalement de société du jour au lendemain parce qu’il ne tient pas qu’à vous d’opérer la mutation, mais à votre collectif. Néanmoins, si vous, qui êtes parmi les êtres qui s’éveillent, vous ne modifiez en rien vos habitudes, comment pouvez-vous le demander des autres et à fortiori de vos gouvernants ?!

Je vais parler ici d’une chose toute bête et simple : votre alimentation. Vous rendez-vous seulement compte, à force de la souffrance que vous infligez, de la somme de karma que vous êtes en train de vous mettre sur la tête ?! Je ne vais ici vous parler que de la souffrance animale, et cela sera largement suffisant, croyez-moi !

Juste pour vous nourrir, savez-vous la somme d’incohérences que vous accumulez ?! OUVREZ LES YEUX ! Vous ne pouvez plus agir ainsi !

Alors, ça y est, il y en a certains qui sont en train de se dire : « Voilà, le Lobby des végans est encore en train de frapper, il y a sans doute des causes plus importantes que celle-ci non ?! Nous obliger à nous nourrir que de bêtes légumes, qu’on nous laisse en paix ! ». Oui, je sais, nous savons, qu’il n’y a rien de plus agaçant que quelqu’un puisse venir et vous donner des leçons sur ce que vous croyez juste, cependant, sachez que si nous prenons la peine de vous exhorter ainsi c’est parce que nous possédons un immense amour vis-à-vis de vous et que nous voyons la catastrophe se profiler à très grande vitesse. Non, nous ne sommes pas (très) en colère après vous, malgré les pleurs, les douleurs, les souffrances inutiles, le barbarisme de certains et nous en passons, mais ce qui se passe à présent ne pourra plus continuer encore bien longtemps. Il faudra bien qu’à un moment ou à un autre, quelque chose vous réveille, quitte à vous secouer rudement, pour qu’enfin, vous cessiez de vous voiler la face : vous êtes COMPLICES d’un grand GENOCIDE ! Le massacre se perpétue de jour en jour, d’heure en heure et ne semble ne pas avoir de fin… Quand comprendrez-vous enfin ?!

Vous traitez le vivant comme des objets du quotidien. Vous feriez l’élevage de fourchettes que ce ne serait pas pire ! De la naissance à leur mort, les animaux de bouche ne cessent de souffrir. Ce cycle infernal continue sans s’arrêter et ne connait pas les jours fériés ni les vacances. Mais qu’est-ce qu’il vous prend ?! Evidemment, nous savons que cela ne date pas d’aujourd’hui, bien que cette intensification soit sommes toutes assez récente, mais ce qui se passe maintenant est sans précédent dans tout votre cycle d’humanité.

Aucun animal n’agirait de la façon dont vous traitez les animaux. Aucun animal ne traiterait non plus ses petits comme vous le faites.

Afin de stopper toute polémique, sachez qu’avant la chute de l’Ancien Continent, vous étiez végétariens. La viande vous aurait rebutée et de toute manière, il ne vous serait pas venu à l’idée de consommer une telle source de nourriture, issue d’un être vivant sensible et proche de vous. Sachez aussi que pour certains d’entre vous, vous pouviez aisément communiquer avec les animaux et il était pour vous d’une évidence que la souffrance et les sentiments en général, n’étaient pas l’apanage du seul genre humain. Puis, la décadence est arrivée, vous avez eu des excès en tout genre et la chute était devenue inévitable : vous n’aviez pas réussi à intégrer une grande leçon essentielle pour pouvoir évoluer et accéder à un niveau de conscience supérieur. C’est aussi à ce moment-là que vous avez commencé à manger de la chair animale ! Vous êtes maintenant, de nouveau, au fameux tournant où il va vous être demandé d’abandonner vos vieux schémas pour pouvoir en accueillir de nouveaux, forts de votre vieille expérience. Or, cela ne sera possible que si vous n’avez pas accumulé de dettes importantes vis-à-vis d’autrui… Pour effacer celle, monstrueuse, qui ne cesse de croître vis-à-vis du peuple animal, que croyez-vous qu’il puisse se passer ?

 

Juste par comparaison, et non, ce que je m’apprête à vous dire n’est PAS trop fort, cela est même en dessous de la réalité, remémorez-vous cette guerre effroyable que fut la 2nde Guerre Mondiale. Elle fit des millions de victimes, de manière brutale et barbare, propre à la guerre, et vous portez encore, pour certain, le traumatisme de ce qui s’est passé, et pour cause : les victimes d’hier se réincarnent (ou sont déjà incarnées) aujourd’hui ! Rappelez-vous la macabre découverte des camps de la mort avec ses chambres à gaz. Imaginez un peu la souffrance accumulée en ces lieux, l’horreur des derniers souffles de vie arrachés brutalement, à des femmes et des enfants ! Et ceci, sans un scrupule de la part des tortionnaires. Transposez maintenant ceci, des milliers de fois, dans chacune de vos villes ! Et ce, tous les jours, plusieurs fois par jours !

Oui, les animaux souffrent ! Non, ce ne sont pas de stupides réactions nerveuses, juste de vrais sentiments, de douleurs, d’incompréhensions, d’affreux désespoir… Pourquoi croyez-vous que vos abattoirs soient fermés au public ? Parce que si vous saviez réellement ce qu’il s’y passe, jamais plus vous ne pourriez ingurgiter le plus petit morceau de chair animale. Les animaux pleurent, les animaux crient, les animaux ont peur, ils le manifestent, mais vos « bien-pensants » essayent de vous rassurer en disant que vous ne devez pas tomber dans l’anthropomorphisme. Et vous les croyez ?! Quand votre chien se tord la patte, il hurle, c’est de la comédie d’après vous ? Quand votre enfant tombe, il pleure, c’est tellement différent ? Evidemment, les animaux n’ont pas les sentiments aussi développés que vous, mais ils en ont, plus simples mais aussi plus « purs » dans le sens non encore pollués par le mental.

Et vos enfants… mais arrêtez de leur infliger un stress inhumain ! Non seulement vous leur déposez sur le dos une tâche absolument gigantesque dès leur plus jeune âge, dû à la dureté de votre société (et vous arrivez à bien vivre dedans ?), mais en plus, vous leur accumulez un karma énorme en réponse à vos exactions… laissez les vivre en paix. Non, ne pas faire toute sa scolarité en tête de classe n’est pas grave, non, leur vie ne sera pas terminée sitôt les diplôme passés, et oui, ils auront le reste de leur vie pour changer s’ils le souhaitent. Maintenant, vous pouvez vivre plusieurs vies en une, vous avez le droit de vous tromper et de modifier ce qui ne vous plait pas, alors faites-le !

La pression, va devenir de plus en forte, sachez-le, nous n’y seront pour rien dans ce qui adviendra : une fois encore, c’est par amour pour vous que nous vous disons cela. Toutefois, vous êtes les créateurs, et par cela vous êtes en train de créer les égrégores qui risquent de vous donner les « coups de pieds aux fesses » dont vous semblez avoir besoin pour bouleverser vos habitudes. Changez maintenant, par amour pour vous, par amour pour nous, et vos dettes seront moindres. Attendez que l’humanité entière plonge la tête dans son ignominie et votre dette n’en sera que plus lourde…

Encore une fois, nous vous aimons, mais cessez de vous conduire comme des enfants cruels ! La souffrance est à son apogée, nous sommes vos petits frères, ne l’oubliez pas !

Le Deva des loups et d’autres animaux (dont ceux exploités pour leur viande).

Vous pouvez diffuser les messages issus de ce site : Les Ailes de Lumière car ils sont destinés à être portés à la connaissance du plus grand nombre. Néanmoins, il vous est demandé de ne pas les dénaturer de quelque façon que ce soit, en les modifiant ou en les coupant, et de mentionner la source : http://www.lesailesdelumiere.com

 

 

Image du Blog mamiemiche.centerblog.net

 

***Message de la chienne Khéops à l’humanité***

Alors que l’Homme inflige tant de souffrance aux animaux, massacres, élevages industriels, expériences de laboratoire, vivisection, maltraitances, etc., certains animaux ont choisi de nous transmettre leurs messages télépathiques. Un bouleversant cri d’amour qui nous appelle à ouvrir les yeux et… le coeur !

Pascale Dozité nous présente dans ce livre sa fabuleuse histoire avec sa chienne Khéops. Extrait de « Cet autre Langage », de Pascale Dozité, Éd. Agorma

 

 

« Cette nuit, Khéops m’a dit qu’aujourd’hui, elle voulait écrire seule le chapitre du jour. Elle entendait par là que ma collaboration se limiterait à traduire ses propos et à les transcrire.

Ce matin, nous voilà prêtes à officier : elle est roulée en boule sur son coussin, et mes doigts sont prêts à courir sur le clavier :

« Lorsque l’être humain décide de prendre un animal, il a souvent une idée bien précise sur ce qu’il peut en attendre et sur ce qu’il va pouvoir lui imposer. Dans son arrogance extrême et son désir de tout contrôler, l’homme exige de son animal un total renoncement à cette partie de lui la plus précieuse : la liberté. Je ne parle pas de la liberté de mouvement, mais de la liberté d’être.

« Nous avons alors l’obligation d’éradiquer définitivement tout ce qui, en nous, n’est pas conforme à vos attentes. Vous nous réduisez à de simples objets, nous assignant la tâche de satisfaire tous vos caprices – inconscients que vous êtes de nos propres besoins.

Ce que vous ignorez, c’est que nous sommes incapables de faire semblant. La perversité nous est inconnue. Cette partie de nous que vous rejetez, c’est notre âme, notre essence. Elle ne se laisse pas corrompre et il nous est impossible de la renier. Voilà la plus grande de nos souffrances.

« Dans sa très grande prétention, l’homme concède au chien la capacité maximale de mémoriser 60 mots : « assis, couché, aux pieds, sous la table, pas bouger, à la niche, oui, non, ça suffit, donne la patte, fais le beau, etc. » En vérité, ce langage abêtissant ne fait que révéler le besoin qu’a l’être humain de dominer tout ce qu’il considère comme inférieur à lui, le peuple animal en premier lieu.

« L’homme considère que la parole est le moyen de communication le plus élaboré. Un être vivant dont la physiologie ne permet pas l’accès à la parole est donc irrémédiablement exclu du cercle très fermé des créatures dignes d’intérêt. Mais il est un langage infiniment plus vaste, dont aucun instrument, aussi sophistiqué soit-il, ne pourra jamais définir les limites : il s’agit du langage du cœur. Celui-ci se passe de mots. Et ce sont les sentiments qui véhiculent ce précieux langage.

« Bien qu’universel et, à ce titre, accessible à tous, ce langage nécessite une réelle ouverture d’esprit. Il est d’ailleurs intéressant de noter que, sur terre, seul l’être humain a développé assez d’arrogance et de prétention pour s’interdire tout accès à ce langage.

En cherchant à dominer le monde, à maîtriser et à asservir tout ce qui est extérieur à lui, l’homme n’est globalement plus apte à utiliser son énergie vitale pour communiquer. Tout ce qu’il donne et reçoit se teinte de ces dégradants attributs qu’il agite comme des trophées. Dans ses créations, les traces d’amour sont de plus en plus infimes.

« Cette insatiable soif de pouvoir s’apparente à une course sans fin. Loin de se contenter de se détruire lui-même, l’homme cherche à détruire en nous ce qu’il a déjà piétiné en lui.

« La révolte gronde parmi le peuple animal, excédé devant autant d’acharnement à lui nuire et à l’asservir. Avec une infinie tristesse, nous constatons que les évidentes manifestations de la colère ambiante ne semblent pas beaucoup ébranler l’homme dans ses certitudes. Il n’y a aucun jugement dans ce constat. Nous ne cherchons pas non plus à nous faire plaindre. Car en dépit des apparences, c’est bien l’homme qui a besoin de compassion. Le peuple animal a une conscience aiguë de cela.

« Pourtant, les Forces de Vie s’apprêtent à susciter en nous des réactions beaucoup plus vives. Nombreux sont les animaux désireux de participer activement au rétablissement de l’indispensable équilibre sur cette planète. Il ne s’agit pas de vengeance, pas plus que nous ne souhaitons devenir les instruments d’une justice à l’évidence devenue nécessaire.

De plus en plus d’animaux sont prêts à sortir de leur réserve et à braver la terreur que leur inspire l’homme.

Dans une ultime tentative de communication, certains parmi nous ont l’audace de vous transmettre ce qu’ils ressentent.

Les spécialistes comme Marie seront nos principaux alliés, de même que tous les êtres humains capables d’ouvrir leur cœur à ce que nous avons à dire.

« Sans doute pensez-vous que nous, humbles animaux, ne sommes sur Terre que dans le but d’assouvir votre soif de pouvoir, ou, dans le meilleur des cas, pour vous aider à tromper votre solitude.

« La vérité, c’est que nous avons suffisamment d’amour dans notre cœur pour vous porter secours. Nous sommes tous – sans exception – détenteurs de messages spécifiques destinés aux personnes avec lesquelles nous vivons.

« Nous sommes concernés par l’évolution de la race humaine, bien plus que vous ne sauriez l’imaginer. Notre présence parmi vous est la preuve de notre engagement à vos côtés.

« Osez poser sur nous un regard différent, et demandez-nous de vous aider. Nous vous enseignerons le langage de l’amour, nous vous soutiendrons dans les innombrables réconciliations dont vous ne pourrez pas faire l’économie.

Nous pouvons faire beaucoup plus que monter la garde dans vos maisons ou croupir au fond d’un garage. Vous ignorez ce que nous sommes réellement. Pour le bien de votre race, cessez de nous détester, de nous dévorer, de nous humilier, de nous mépriser. Ouvrez votre cœur, accordez-nous l’immense honneur de panser vos blessures. Nous sommes à votre service.

Notre compréhension innée de la souffrance d’autrui fait de nous des thérapeutes hors pair. Vous limitez l’amour que nous vous portons à la simple reconnaissance du ventre. Vous dénaturez tout ce qu’il y a de beau en nous.

« Lors de nos virées quotidiennes dans la nature, je m’entretiens longuement avec les oiseaux. Ce sont de véritables messagers divins. Le vent, les arbres, les fleurs et les insectes ont eux aussi tant à dire qu’il suffit de quelques instants pour moissonner des tonnes d’informations utiles à tous.

Vous avez tué en vous toute faculté d’écoute.

Vous créez des bruits assourdissants pour meubler le vide qui vous ronge et vous angoisse.

Vous avez mis une telle ferveur à vous éloigner de votre cœur que, désormais, votre propre ombre vous terrorise. Vous semez la terreur également autour de vous, simplement par manque d’amour et de compassion vis-à-vis de vous-mêmes.

« Mon peuple en arrive à souffrir des mêmes maladies physiques et psychiques que les vôtres : ce n’est pas notre goût prononcé pour le mimétisme qui nous rend malades. C’est la trop grande proximité avec un peuple souffreteux, incapable de se remettre en cause. Vous nous imposez vos effroyables conditions de vie, vos pensées de haine. Vos vétérinaires nous soignent, mais ils ne peuvent nous soulager que momentanément.

Personne ne nous demande pourquoi on se casse une patte, pourquoi on refuse de manger, pourquoi on développe un cancer dans telle ou telle partie de notre corps. Les réponses à toutes ces questions sont inscrites au plus profond de nous. Elles parlent de notre souffrance de vivre ainsi avec vous. Nous pouvons vous révéler ce qui se dégrade ou se détruit en nous, à votre contact. Mais qui s’en soucie ? Nous nous connaissons mieux que vous ne vous connaissez vous-mêmes. Notre mieux être est intimement lié à la guérison que vous allez amorcer à l’intérieur de vous.

La compassion en nous n’a d’égale que notre capacité à pardonner. Nous avons beaucoup à vous enseigner et nous sommes tous prêts à cela.

« Savez-vous que lorsque nous nous croisons au détour d’un chemin, nous, les animaux, nous faisons régulièrement le point sur nos situations respectives ? Un simple regard, et nous savons tout de l’autre : ses souffrances, ses combats, les raisons de sa présence sur Terre.

Le langage du cœur est direct, sincère. Pouvez-vous imaginer que nous échangeons infiniment plus d’informations entre nous que vous ne le faites chaque jour entre vous, malgré tous vos moyens de communication ?

« Nous n’avons pas besoin de nous voir pour entretenir d’étroites relations entre nous. Nos capacités psychiques sont illimitées, exactement comme l’étaient les vôtres il y a fort longtemps.

« Vous avez pourtant déjà expérimenté pendant des millénaires tout ce en quoi vous ne croyez plus.

« En ces temps reculés, les humains et les animaux vivaient en paix.

L’idée de nuire à autrui ou d’exercer un pouvoir sur quiconque n’aurait jamais pu germer dans aucun cœur. Seuls l’amour et la compassion nous motivaient tous, et tous nous participions à l’évolution de ce qui existait sur cette planète.

« Puis l’homme a choisi de faire d’autres expériences.

« Les animaux n’ont pas effectué le même choix. Leurs capacités psychiques sont demeurées intactes. Mais, en vivant à vos côtés, il leur fut de plus en plus compliqué de tenir compte de cette partie noble d’eux-mêmes.

Malgré ce que vous nous faites subir, ainsi qu’à la Terre qui nous héberge tous, malgré votre cruauté sans fin, nous sommes prêts à vous aider à guérir ce que vous vous acharnez à détruire à l’intérieur de vous et autour de vous. Accepterez-vous notre aide ? »

Plus d’infos :http://www.pascale-kheops.fr/bibliographie.html
source : http://voltair.free.fr
Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://elisheanportesdutemps.terrenouvelle.ca

 

Image du Blog mamiemiche.centerblog.net

Témoignage de Monique Matthieu –  Avril 2011
 

 Contact avec le Dauphin Blanc

 L’au-revoir du Grand Dauphin Blanc

 

“Mon Dieu ! Je le vois ! Devant moi, je vois celui qui vient nous dire au-revoir. Je vois le magnifique Dauphin Blanc, et il est plus beau que jamais. Il me dit : «Vous, humains, ne soyez pas tristes ! Nous allons tous partir et vous le savez ! Ce qui me fait le plus de peine c’est la souffrance des océans qui sont vidés de la vie, et les océans ont besoin de l’Amour de tous les êtres qui y vivent. Nous, peuples de la mer, en très grande partie nous avons décidé de quitter ce monde». Il me dit ceci : «Je sais maintenant dans quel monde j’irai, et je sais ce que je serai. Je ne serai plus comme mes frères ce que vous appelez un mammifère marin. Au travers de tout ce que j’ai pu apprendre et vivre de difficile sur ce monde, tout du moins dans mon élément, l’élément marin, j’ai «bouclé la boucle» et je vais sur un monde préparé pour m’accueillir tout comme il est préparé tous ceux que vous appelez certains des grands mammifères marins qui prendront une forme pratiquement humaine.

C’est le choix de nos espèces, c’est aussi la faveur que nous ont donné les Dieux Créateurs. Cependant cela m’attriste un petit peu de quitter ce monde, de quitter ceux que j’aime encore et qui n’ont pas encore quitté ce monde. Toi, petite terrestre, toi qui n’aime d’ailleurs pas tellement le milieu où nous nous trouvons et qui est magnifique, nous allons te dire : si tu voyais ce qui se passe réellement dans les océans ! Si tu voyais la souffrance de nos frères, que ce soit celle des grands mammifères marins, des dauphins ou ceux que vous appelez les tout petits poissons ! Il y a une volonté de quitter ce monde que vous ne pouvez même pas comprendre. Moi je viens aujourd’hui vous dire «au-revoir». Je suis triste et heureux, triste de laisser certains de mes frères qui ne font pas encore partie du voyage mais qui me retrouveront bien vite, et surtout triste de vous laisser aussi, vous qui marchez sur la terre ferme. Vous ne nous avez pas compris alors nous ne demandions simplement qu’à vous aimer, qu’à partager ce que nous sommes et nos connaissances.

Vous, peuples de la Terre, vous avez toujours pensé que les peuples des océans n’étaient que de vulgaires poissons, et nous vous disons : non, ce n’est pas du tout ainsi ! Certaines de nos espèces ont une intelligence extraordinaire, et même si elles n’ont pas la capacité de s’exprimer comme les hommes, de créer comme les hommes, elles ont la capacité de correspondre par une sorte de télépathie. Nous, peuples de la mer, aurions tellement pu vous apprendre de choses sur vous-mêmes, parce que dans l’eau qui est notre élément est inscrit tout votre passé, tout ce que cette Terre a vécu, et nous avons la capacité de comprendre et d’intégrer tout ce que la Terre a vécu. Je t’aime profondément, toi qui parles, comme j’aime profondément ceux qui écoutent. Que peut représenter l’Amour d’un dauphin ? Pour nous c’est immense, et vous n’avez pas conscience de ce que cela peut représenter. L’océan va souffrir du manque de ses enfants, il va réagir avec colère et violence tout simplement parce qu’il n’y aura pas le peuple de la mer pour calmer sa souffrance.

Il faut que vous compreniez qu’il y a un échange vibratoire, un échange d’Amour entre l’océan et les peuples de l’océan, tout comme il y a un échange d’Amour entre les divers règnes de votre élément solide, de votre Terre. Il y a un échange d’Amour entre les mondes minéral, végétal et animal. Il y a également ces mondes à l’intérieur des océans. Nous avons les mondes minéral, végétal et animal, et nous aimerions dire bien au-delà de l’animal ! Je voudrais redire ceci avant de vous quitter : mon départ n’est pas la fin de toute chose, mon départ symbolise, au contraire, le renouveau, le changement, le changement pour vous qui vivez sur la terre ferme, et aussi le changement de votre conscience. Certains d’entre vous, humains, auront du chagrin de notre départ, de nos départs en masse et de mon départ de ce monde. Ceux-là ont compris qu’ils auraient été capables d’échanger de l’Amour avec nous, mais bientôt vous, habitants de la terre ferme, comme toute vie sur cette planète, comme pour nous, ce sera le renouveau. Je ne serai plus sur ce monde pour vivre ce renouveau et beaucoup d’êtres humains ne seront également plus sur ce monde pour le vivre. Il y aura beaucoup de départs en masse, comme par vagues successives.

Ne vous affligez pas des vagues de départs humains, ne vous affligez pas des vagues de départs de tous les peuples de la mer. Pensez-vous que lorsqu’il n’y aura pratiquement plus de vies dans la mer il en restera beaucoup sur la terre ? Pensez-vous qu’avec l’immense pollution et votre inconscience vous avez réellement perturbé le milieu de vie du peuple de la mer ? Pensez-vous que cela pourra durer encore et encore ? Si vous pouviez voir ce que j’ai vu, ce que mes frères ont vu, cette immense, gigantesque pollution dans le Golfe du Mexique, si pouviez voir toutes les pollutions et le non-respect total de la vie à plusieurs endroits de vos océans, vous seriez peut-être aussi tristes que nous ! Cela est caché à votre vue car il y a des mètres, des mètres et des mètres d’eau qui vous cachent la réalité des profondeurs. Il y a les départs que vous voyez lorsque nos frères s’échouent sur vos plages, mais il y a également énormément de départs que vous ne voyez pas. Il y a aussi des départs avec l’aide de ceux que vous pourriez appeler vos frères galactiques. Ce que nous subissons lorsqu’ils nous enlèvent, c’est incompréhensible pour vous pour le moment, c’est que nous avons l’immense chance, lorsque nous accédons à ces vaisseaux, de pouvoir être transformés, transmutés avant d’aller sur la planète qui est la nôtre.

Dans les vaisseaux qui nous transforment, il y a comme des «chambres de transformation de vies». Il en sera de même pour ceux qui seront enlevés ; ce sera plus simple parce que vous resterez des humains, mais des humains sublimés, tandis que nous passerons du règne animal (ce qui est faux), nous changerons de «catégorie» et aurons des corps humains qui ne seront pas les mêmes que les vôtres, mais qui seront tout de même des corps humanoïdes. Moi, le Grand Dauphin Blanc, j’ai de la tristesse pour ceux du peuple de la mer qui vont encore souffrir, j’ai de la souffrir pour mes frères qui m’aiment et qui vivent sur la Terre ferme, mais j’ai cependant une immense joie car je sais ce qui m’attend. Soyez courageux ! Ce n’est pas demain que ce monde vivra sa fin ! C’est après-demain que ce monde vivra son ultime transformation. Je ne parle pas du «demain» ou de «l’après –demain» humain, je parle d’un temps, d’une période. Je vais vous dire aussi ceci : vous ne pourrez même plus vous nourrir des peuples des océans trop pollués.

Cela aussi fait partie du Plan, il devait en être ainsi. Je vous aime. Ne soyez pas tristes ! Votre devenir est magnifique ! Peut-être un jour nous retrouverons-nous, peut-être que vous me reconnaitrez et que je vous dirai : «un jour, sur un petit monde, je suis venu parler à une petite humaine bien gentille qui a su m’écouter et transmettre ce que j’avais à dire». Maintenant je vous laisse. Que mon immense Amour soit toujours près de vous ! Aimez les peuples qui vivent dans les océans, c’est la seule chose que vous pouvez faire pour eux.

Maintenant je vous dis au-revoir.»   Je l’entends maintenant de très loin, comme s’il était retourné au plus profond des océans. Sa magnifique tête semblait être sur mes genoux. Il avait des yeux d’une beauté et d’un Amour extraordinaire, et ce que vous ne croirez peut-être pas, c’était comme s’il souriait. C’est à peine si je l’entends ; il me dit : «N’oubliez pas d’envoyer de l’Amour à ceux qui ne sont pas encore partis, à ceux qui n’ont pas encore transité, aux peuples des océans».

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes : qu’il ne soit pas coupé, qu’il n’y ait aucune modification de contenu, ,que vous mentionniez le nom de Monique Mathieu

 

 

Image du Blog mamiemiche.centerblog.net

 

 

*** TEMOIGNAGE D’UNE RENCONTRE PHYSIQUE ASSOCIEE A

UNE COMMUNICATION TELEPATHIQUE AVEC UN DAUPHIN***

                                       (Frédérique Pichard – extrait de psychologies magazine – décembre 2010)

 

Dans le port de Royan, Frédérique Pichard rencontre un dauphin solitaire qui se blottit dans ses bras. Elle ne le sait pas encore, mais Dony est un dauphin « ambassadeur » qui s’est détaché de son groupe pour aller à la rencontre des humains. Soir après soir, elle va nager et communiquer avec lui par télépathie.       « Ma première rencontre avec les dauphins a eu lieu en Polynésie,  à Mooréa. J’étais accompagnatrice de voyages. L’hôtel organisait des baignades avec des dauphins en semi captivité. Je m’y suis d’abord refusée, je détestais les voir enfermés. Mais, un jour, j’ai entendu une forme d’invitation, une pensée qui disait : « pourquoi ne viendrais-tu pas nous rencontrer, puisque de toute façon nous sommes là ? » Je me suis mise à l’eau et j’ai accueilli l’instant, sans tenter de les toucher. Puis j’ai croisé le regard de l’un deux. J’ai alors ressenti une émotion volcanique et je me suis mise à pleurer “c’est souvent ce qui arrive lorsque l’on a cette chance” m’a dit le maitre nageur.

J’ai vécu ce premier contact comme un réveil, un retour à la source de l’amour originel. A cuba, quelques temps plus tard, une deuxième expérience m’a bouleversée. Je devais rejoindre un groupe en mer mais je suis restée rivée sur le quai, captivée par une dauphine qui me « scannait » littéralement avec son œil. Il s’est passé à ce moment là une chose fondamentale que je n’arrive toujours pas à comprendre, comme si elle avait scellé mon destin à celui des dauphins. Lisait-elle alors ce qui allait m’arriver ?

 

  Dans les années qui ont suivi, j’ai progressivement découvert l’immensité de l’espace intuitif. D’abord grâce à mes garçons, de vrais jumeaux qui semblent liés par une télépathie à laquelle ils m’ont conviée. Puis dans mon parcours professionnel, je me suis formée à la relaxation spécialisée en visualisation créatrice. Le principe : concevoir une chose par l’imagination, et y penser si fort que cela augmente la possibilité qu’elle s’accomplisse. C’est ce que l’on appelle la loi de l’attraction. Ma pratique propose par le biais du souffle et du lâcher mental de contacter des espaces intérieurs infinis. Et de trouver un état méditatif dont j’ai découvert plus tard qu’il est très proche de celui des dauphins. Grâce aux électroencéphalogrammes réalisées par John Lilly, on sait que leur cerveau se trouve la plupart du temps en fréquence d’ondes alpha. Or c’est par cet état de relaxation qu’ils accompagnent les êtres à se reconnecter à eux-mêmes.

Ma fille Adélie allait avoir 6 ans. Je lui avais promis qu’elle irait nager avec les dauphins pour son anniversaire. Un jour, j’ai appris la présence d’un dauphin solitaire dans le port de Royan. Nous sommes parties à sa recherche, en vain. Nous nous sommes alors mises en méditation. Au bout de 5 mn, ma fille m’a dit « viens, nous ne sommes pas encore allées par là ». A côté du quai il y avait une forme bombée. Le dauphin se faisait caresser par une petite fille. Tous les soirs, vers 20 h il retrouvait les copains qu’il s’était faits dans le port. Nous nous sommes déshabillées pour entrer dans l’eau et tout doucement, nous nous sommes approchées de Dony. Le contact s’est établi très vite. J’ai senti qu’il n’était pas bien. J’ai posé mes mains sur lui. Il s’est blotti dans mes bras, ce qui est plutôt inhabituel pour un dauphin. Notre connexion s’est ainsi établie sur le soin mutuel, dans une joie simple et posée. J’avais conscience du cadeau que la nature nous offrait. Ma fille et moi avions demandé quelque chose de très fort à l’univers et c’était arrivé.

Un mois durant, je suis retournée tous les soirs nager avec Dony. Je ressentais une telle euphorie que je ne dormais plus. J’oubliais la température de l’eau, l’espace, le temps. Dony se tournait vers le ciel, me montrait les étoiles. Au départ, il m’invitait dans sa danse en me faisant tourner comme dans un mandala, une danse soufie. Je lâchais tellement le mental qu’une nuit j’ai entendu un son dans l’océan, un son de fond très ancré, un son de mémoire originelle. J’ai appris, plus tard, qu’il existe réellement une fréquence vibratoire que les baleines émettent tous les ans et à laquelle elles s’accordent toutes.

 

Durant ce mois passé avec Dony, je m’amusais à lui donner des rendez vous télépathiques. Je lui envoyais l’image mentale du prochain lieu et une heure approximative, tout en éprouvant fortement la joie que j’avais de le rencontrer. Systématiquement, juste après être sortie de l’eau, et juste avant de le rejoindre, je pensais très fort au rendez-vous. C’était une expérimentation et elle s’affinait de plus en plus. A la fin des vacances, je l’ai prévenu que je ne pourrais plus être aussi disponible – la rentrée arrivait pour mes enfants – et il est reparti. J’étais dans un état proche de celui d’une femme amoureuse. Un jour, j’ai retrouvé Dony à la Rochelle, entouré de centaines de personnes et de pompiers qui voulaient l’évacuer. Je lui ai envoyé un message pour lui dire de me rejoindre à l’île d’Aix. Il est venu. C’était tellement précis, je n’avais plus aucun doute. C’est alors que j’ai décidée de m’engager pour les dauphins « ambassadeurs ».

Durant tout l’été, j’avais vu Dony aller à la rencontre de tant d’individus, les toucher, leur ouvrir le cœur. Penser que cette richesse pouvait être méconnue, par peur ou par ignorance, et que l’on préférait éloigner Dony, même si je comprenais bien pourquoi, me semblait injuste. Depuis l’Antiquité, on a pu observer une soixantaine de dauphins “ambassadeurs”. Ils se détachent de leur groupe pour aller retrouver des humains. Ils seraient aujourd’hui six ou sept en France. Tous les étés, ils suivent un vrai programme. Ils sillonnent les côtes, partout où ils peuvent voir du monde, en Bretagne, en Vendée, en Normandie… Mon hypothèse est qu’ils choisissent sciemment de venir à notre rencontre tout en continuant à entretenir une relation avec leur groupe. Un scientifique anglais, Horace Dobbs, –  qui est à l’origine de l’opération «Sunflower» consistant à évaluer le pouvoir thérapeutique des dauphins –  a côtoyé de nombreux «ambassadeurs» dans son existence parmi lesquels Jojo, l’ami de Jacques Mayol (plongeur apnéiste français qui a inspiré le personnage principal du film «le Grand Bleu»).

Il a fait plusieurs  films et créé son association pour étudier les possibilités de transformation thérapeutique par la rencontre dauphins-humains, notamment à destination des enfants en difficulté. Aujourd’hui, Dony est redevenu sauvage mais chaque fois que je donne des conférences sur mon expérience avec lui, où que j’aille, il y a toujours quelqu’un qui l’a connu.

Tous ceux qui l’on croisé se sont sentis profondément reconnus, aimés inconditionnellement. Le mot « gratitude » revient souvent dans leur bouche.Ainsi que le sentiment d’avoir reçu un enseignement fondamental : « vis l’instant présent ». Quand j’étais dans l’eau avec Dony, il n’existait plus rien qu’une sensation de plénitude. Je faisais corps avec les éléments, je me sentais enfant de l’univers  et confondu à lui. Cette union du « petit soi » au « grand soi » procure un véritable sentiment d’extase. Peut être est ce la vocation de ces dauphins « ambassadeurs » que de nous rappeler que nous ne sommes pas séparés de la nature, que nous sommes reliés aux étoiles que Dony me montrait, mais aussi au végétal, à l’animal, au minéral. Et qu’il existe en chacun de nous un espace d’amour immense à offrir à soi, aux autres et à la Terre.

Image du Blog mamiemiche.centerblog.net

Témoignage d’une communicatrice animalière

« Il y a quelques mois, j’ai discuté avec Caline qui a quitté son enveloppe physique au début de l’année. Caline était une magnifique chatte avec qui j’ai vécu pendant presque 15 ans. On a beaucoup parlé de l’après-vie, c’est d’ailleurs un terme qui l’a bien fait rire. La mort, l’après-vie, n’ont pas vraiment de sens, c’est juste une autre étape dans la vie d’une âme. La véritable vie est celle de l’âme et non celle du corps physique, car ce n’est que lui qui meurt, l’âme continue son existence … Mes animaux sont souvent très direct avec moi et n’hésitent à se “moquer” gentiment de mon ignorance sur biens des sujets !!!

Pour en revenir à la réincarnation, ce que j’ai appris, c’est que chaque être vivant est une âme à part entière qui peut prendre “vie” dans un corps physique humain, animal ou autre … En général, chaque âme appartient à un groupe d’âmes et CE groupe d’âmes se retrouvent sur terre et là-bas. Nous sommes liés entre nous. Donc, quand un de nos animaux disparait, s’il revient sur terre, normalement nous allons le retrouver, mais il peut également attendre là-haut et revenir bien plus tard sur terre lors d’une autre de nos réincarnations à nous. Les âmes évoluent sur différents plans et plus une âme est élevée plus elle peut choisir sa réincarnation en fonction de l’expérience qu’elle veut bénéficier. Je sais depuis toujours que les humains et les animaux sont égaux et donc une âme qui vient de faire l’expérience d’une vie humaine peut très bien faire à présent l’expérience dans un corps animal et vice-versa. Tout ceci dépend de l’évolution de l’âme, plus celle-ci est évoluée, plus elle pourra choisir ses réincarnations. Il faut se rappeler que la vie sur terre est simplement l’occasion pour toutes les âmes d’ évoluer”

 

 

Image du Blog mamiemiche.centerblog.net

  Message du Gardien de l’âme groupe du Royaume Animal

Transmis par Pascale ARCAN

« Bonjour à l’assemblée.

Il est bien rare que je sois présent dans de tels cercles de discussion, mais comme j’ai été convié, je me suis rendu de bonne grâce dans cet endroit, ma foi, bien étonnant.

Je n’habite pas particulièrement ce plan de conscience mais j’ai l’habitude d’arpenter les coins de l’univers où ont été implantés les animaux, puisque vous les nommez ainsi. Il est bien évident que ce règne particulier ne se déploie pas uniquement sur l’espace terrestre habité par des êtres de types humanoïdes.

Je sais pertinemment que les terriens ont une limitation de compréhension, et c’est pour éclaircir leur entendement que je suis venu apporter ma modeste contribution, à l’enseignement proposé dans les ouvrages retranscris par la charmante hôtesse qui me regarde en ce moment.

Je suis donc celui que l’on pourra nommer : « le Berger ».

Mes fonctions ne sont pas de surveiller les troupeaux mais plutôt de m’occuper du groupe d’âmes des êtres du règne animal. C’est, en effet, moi, qui ai la particularité d’entretenir et de surveiller la vie de vos animaux de compagnie comme de ceux que vous mangez ou encore qui vous font fuir.

Pour être simple dans mon explication, je comparerais mes fonctions à la surveillance d’une très belle sphère dorée similaire à votre compréhension de la Source. Dans cette sphère existent de nombreuses âmes en attente d’incarnation dans la forme physique d’un animal.

J’ai pour rôle de distribuer ces étincelles de Vie à l’intérieur des différents corps denses que l’animal désirera expérimenter. Une fois que cette âme s’incarne, elle reste, non seulement, toujours connectée à sa source, mais en plus, elle est en permanence sous ma totale guidance. Je m’occupe de maintenir la Vie dans la vie de ces êtres particuliers. Bien que vous pensiez qu’ils n’ont peut-être ni âme, ni conscience, ni intelligence, ces êtres sont pourtant dotés des mêmes attributs que les vôtres.

Parlant de vos animaux de compagnie, je vous entends souvent dire, par exemple, qu’il ne manque que la parole à votre chien ou à votre chat.

 

 

Permettez-moi alors de vous soumettre qu’ils ne cessent jamais de vous parler mais que vous ne savez pas les entendre. Il est évident qu’ils usent de la télépathie pour se manifester à vous et, étant dépourvus presque totalement de ce moyen de compréhension, vous pensez à tort que votre animal préféré ne vous dit jamais rien. Maintenant que beaucoup parmi vous commencent à développer ce sens intuitif, vous avez débuté certains dialogues qui font plaisir à voir. Je me réjouis que vous commenciez à cesser de considérer ces êtres comme inférieurs à vous.

Malheureusement, tout ceci n’est vraiment réel qu’avec les animaux qui partagent votre vie, sur vos genoux, vos coussins ou dans des cages. Mais, lorsque nous commençons à nous tourner vers ceux qui peuplent vos prairies ou vos forêts, toute sensibilité à leur égard change, hélas, pour beaucoup d’entre vous. Et c’est ainsi que l’on rencontre encore bien trop souvent dans vos assiettes des morceaux d’animaux que vous continuez de prendre pour nourriture, alors qu’ils sont vos égaux.

Il n’existe aucune différence entre ceux qui marchent sur votre terre et ceux qui nagent dans vos océans ou encore ceux qui utilisent l’air pour se déplacer. Je ne suis pas venu ici pour vous culpabiliser mais simplement pour que vous rendiez hommage à ce règne majestueux, qui n’a pas d’intérêt supérieur sous prétexte qu’il a le droit de dormir sur votre canapé, ou inférieur s’il rampe sur votre plafond ou se nourrit d’herbe. Je sais que mes propos vous choquent, alors peut-être serait-il temps de rendre l’attention qu’ils méritent à tous ces êtres qui offrent leur vie pour satisfaire votre estomac.

Je ne vous demande pas d’abandonner totalement et irrémédiablement vos habitudes, mais uniquement, comme je viens de vous le dire, de leur rendre hommage. Quand vous prenez le temps de vous émerveiller devant les ailes d’un papillon ou que vous êtes enchantés par le ramage d’un oiseau ou bien que vous vous faites un brin de nage en compagnie d’un dauphin, pensez-vous qu’il y ait une différence dans les yeux de ces êtres et qu’ils ne portent pas tous en eux la même Source divine que la vache dans votre pré ou le chevreuil dans le bois ?

Tous sont issus de cette âme parfaite venue de la Source et tous y reviennent lorsqu’ils décident d’abandonner votre compagnie ou qu’ils sont forcés de le faire pour votre plus grand délice. Puissiez-vous, dorénavant et à juste titre, remercier l’être qui a parfois offert sa vie dans la souffrance pour honorer de sa présence votre repas.

Il est temps, je le crois, de remettre en place chaque valeur au même titre que vous avez commencé à considérer le règne minéral avec humilité et révérence, il est temps de le faire pour tous les animaux qui vous aiment et vivent avec vous. Il en est de même pour la nature et les végétaux en particulier dont vous savez reconnaître la splendeur et vous émerveiller de tant de beauté.

Certains d’entre eux offrent aussi leur vie pour que vos assiettes soient remplies de mets délicieux. Il n’existe pas de berger du végétal qui, comme moi, s’occupe du groupe d’âmes des animaux, mais chaque plante a été ensemencée et créée auparavant par de merveilleux Etres qui ont su embellir la Terre et vous apporter subsistance. Rien n’est dissocié. Tout est dans l’unité.

Et si vous avez décidé d’aimer et de respecter votre voisin de palier, pensez qu’il est maintenant nécessaire d’en faire autant pour tout et tous ceux qui vous entourent. Ainsi, chaque repas pourra se passer dans la joie et non dans la culpabilité ou l’ignorance. Vous pourrez entretenir de saines relations avec l’univers qui vous entoure en offrant tout l’Amour qui est dans votre cœur à ces êtres merveilleux qui sont comme vous, vivants, et dans l’unité de toute chose.

Moi, le berger, gardien de l’âme groupe du royaume animal, vous salue. »

 

 

(Message extrait du livre de la série SANANDA) Transformation Planétaire – Concile 3 – Tome 5 Transmis par Pascale ARCAN Editions HELIOS – http://coeurdechristal.free.fr

 

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://elisheanportesdutemps.terrenouvelle.ca

 

«

Image du Blog mamiemiche.centerblog.net