Êtes-vous une personne vraie ?

 Vous arrive-t-il de vous poser les questions suivantes :

=) “Que veut dire exactement “être vrai ?”

=) “Dois-je dire tout ce que je pense pour être considéré comme étant une personne vraie ?”

=) “Certaines vérités ne sont-elles pas mauvaises à dire ?”

**Être vrai c’est avoir la capacité de penser, faire, dire et ressentir la même chose. Si vous pensez ou ressentez quelque chose et que vous n’agissez pas en conséquence, vous n’êtes pas vrai avec vous-même et/ou avec les autres.

Pour être vrai nous ne devons pas nécessairement dire tout ce que nous pensons et ressentons. Ce qui importe c’est que lorsque nous décidons de parler ou d’agir, ces paroles et actions doivent correspondre à ce que nous pensons et ressentons.

Regardons ensemble les peurs qui nous empêchent d’être vrais. Pourquoi certaines personnes ont-elles beaucoup plus confiance en elles que d’autres ? Est-ce héréditaire ? Est-ce un hasard ? Est-ce appris ? Est-ce un acquis ? Suffit-il d’être encouragé pour développer cette confiance ? Voilà beaucoup de questions que se posent souvent ceux qui n’ont pas confiance en eux.

 

 

**LA PEUR DE DÉPLAIRE :

Vous a-t-on déjà demandé votre opinion sur quelque chose que vous n’aimiez pas ou que vous trouviez laid ? Comment avez-vous répondu ?

Avez-vous fait comme la majorité de ceux qui, pour ne pas déplaire à l’être aimé (et de qui ils veulent être aimés) se trouvent de bonnes raisons pour ne pas dire ce qu’ils pensent véritablement ?

**PEUR DE NE PAS DONNER L’IMAGE VOULUE :

Cette peur se retrouve surtout chez les personnes rigides qui se contrôlent beaucoup. Le jugement ou l’opinion des autres est très important. Ces personnes cherchent à bien paraître en tout temps.

Elles ont tendance à se mentir. Par exemple, lorsqu’elles se disent “Je n’ai plus de dépendance à la cigarette, au chocolat ou à l’alcool”, elles sont très souvent dans le contrôle et envient ceux qui se le permettent encore.

Elles ont aussi tendance à contrôler leur poids, leur alimentation, leurs gestes, leurs sorties, leurs amis, l’apparence de leur maison, enfin tout ce qui pourrait être jugé imparfait par les autres. De plus elles cachent parfois la vérité à leurs enfants ou à leur conjoint. Lorsque cela pourrait nuire à l’image du parent ou du conjoint parfait qu’elles essaient d’entretenir.

**PEUR DE NE PAS ÊTRE À LA HAUTEUR :

Cette peur se retrouve chez les personnes qui, une fois engagées dans quelque chose, se croient obligées de performer même si cela finit par dépasser leurs limites. Elles finissent ainsi par se retrouver dans des situations qui ne concordent pas avec ce qu’elles désirent ou ressentent. Ce sont souvent des personnes idéalistes et perfectionnistes qui croient ne jamais en faire assez ou qui croient que ce qu’elles font n’est jamais assez bien.

 

**PEUR DE PASSER POUR UN INGRAT :

Voici quelques exemples de mensonges qui cachent cette peur :

– Dire: “Merci, ton cadeau me fait bien plaisir” alors que ce n’est pas le cas.

– Inviter quelqu’un chez vous parce que l’autre vous a invité alors que vous ne vous plaisez pas en sa compagnie.

– Rendre visite à vos parents régulièrement alors que vous préféreriez les voir moins souvent.

– Choisir une carrière pour faire plaisir aux parents, alors qu’un autre métier vous conviendrait mieux.

– Faire l’amour avec votre conjoint/e parce qu’il/elle vient de vous offrir une belle sortie ou un cadeau, alors que vous ne le désirez pas.

– Se croire obligé d’accepter d’aider quelqu’un qui vous a déjà rendu service alors que vous aviez déjà planifié autre chose.

**PEUR DE PERDRE OU DE MANQUER :

Les conjoints qui ne peuvent se parler franchement de ce qu’ils vivent ont peur de perdre l’autre. Ils savent que leur relation est très superficielle mais ils font l’autruche, faisant semblant de ne pas s’en rendre compte.

Ces personnes vont souvent dire : “Cela ne me dérange pas”, alors qu’elles sont bel et bien dérangées par ce qui vient d’arriver ou de se dire. Ce comportement est motivé dans la plupart des cas, par la peur de perdre quelqu’un ou quelque chose.

Comme vous pouvez le constater les mensonges cachent toutes sortes de peurs ! Quand vous vous rendez compte que vous n’avez pas été vrai, cherchez la peur qui a causé votre retenue. Le bon côté du mensonge est qu’il permet de devenir conscient de peurs provenant d’une ou plusieurs blessures survenues durant l’enfance. Les blessures les plus fréquemment rencontrées sont : le rejet, l’abandon, l’humiliation, la trahison et l’injustice.

Tous les exemples cités précédemment cachent l’une de ces blessures. Mentir est une protection humaine. Les personnes qui mentent croient qu’en n’étant pas vraies, elles ne ressentiront plus ces blessures. Cette croyance est fausse ; elle ne crée qu’une illusion de protection. La blessure demeure entière et les peurs l’alimentent.

 

Se mentir et mentir aux autres amène des conséquences non bénéfiques :
  – Cela crée des malaises dans les relations.

– Le mensonge bloque notre capacité de créer notre vie selon nos vrais besoins, donc bloque notre créativité.

– À force de bloquer nos besoins, le corps physique finit par en être affecté, en devenant malade. Les malaises les plus courants chez ceux qui ne disent pas la vérité sont les maux de gorge, de mâchoires, de dents, de gencives ; des torticolis et des laryngites.

– Des problèmes aux jambes, aux pieds et au nerf sciatique apparaissent chez ceux que la peur empêche d’avancer.

La gravité de la blessure vécue plus jeune et le degré de peurs entretenues depuis détermineront la gravité de la maladie. Il est donc urgent de décider d’être plus vrai, même si cela peut sembler difficile au début.

 

**Pour y arriver, je suggère les étapes suivantes :

  1. Donnez-vous le droit de ne pas avoir été vrai en sachant que vous aviez tout simplement peur de souffrir.
  2. Décidez d’être vrai à partir de maintenant tout en sachant qu’au début vous ne serez pas toujours capable de le faire. Avec la pratique, vous y parviendrez.
  3. Annoncez cette décision aux gens de votre entourage. Expliquez-leur que vous ne savez pas comment cette décision affectera votre façon d’agir et de parler, et qu’ils devraient se préparer à voir une différence. Vous devez vous donner le droit d’être maladroit au début.
  4. Lorsque vous avez peur de dire la vérité, prenez une bonne respiration, avouez votre peur et utilisez votre courage pour oser être vrai. Vous serez très heureux de constater que votre peur n’était pas réelle car elle était basée sur une expérience du passé qui ne reflète pas nécessairement la réalité d’aujourd’hui.
  5. À la fin de chaque journée, faites une rétrospection de la journée et notez les moments ou vous n’avez pas été vrai envers vous-même ou avec une autre personne. Notez ensuite quelles peurs se cachaient derrière les mensonges. Permettez-vous d’avoir ces peurs en acceptant qu’il soit humain d’avoir peur.
  6. Dans la mesure du possible, revenez le lendemain sur cette peur et avouez-la à la personne impliquée s’il y a lieu.

Vous aimerez tellement les récompenses qui viennent avec le fait de devenir de plus en plus vrai qu’après un certain temps, cela se fera naturellement.

Vos relations s’amélioreront grandement et votre créativité se développera tout autant. Vous retrouverez votre individualité, votre “vrai moi” et vous cesserez d’entretenir des personnalités fausses qui vous grugent beaucoup d’énergie. Ces énergies serviront à créer votre vie, et vous ouvrirez ainsi les portes de l’abondance dans tous les domaines.

*Le masculin est employé seulement afin d’alléger le texte.